études sur l'exposition des adolescentes aux cosmétiques bio
Actualités Science

Les adolescentes voient leur taux d’exposition aux substances chimiques baisser en changeant de cosmétiques

Une nouvelle étude menée par des chercheurs de l’Université de Californie-Berkeley et de la Clinica de Salud del Valle de Salinas démontre comment même une courte pause de certains types de maquillage, shampooings et lotions peut conduire à une baisse significative des niveaux des produits chimiques qui perturbent les hormones dans le corps.

Les résultats, publiés dans la revue Environmental Health Perspectives, proviennent de l’étude (HERMOSA) sur les effets du maquillage sur la santé et l’environnement.
HERMOSA est une collaboration université-communauté entre UC Berkeley, la Clinica de Salud del Valle de Salinas, et une équipe de jeunes chercheurs du CHAMACOS Youth Council, un projet qui promeut la participation des jeunes dans des sujets liés à la santé publique et à l’environnement.

L’étude en question

Les chercheurs ont fourni aux participants (aprox. 100 individus) des produits de soins personnels étiquetés comme etant exempts de produits chimiques, tels que les phtalates, les parabènes, le triclosan et l’oxybenzone. Ces produits chimiques sont largement utilisés dans les produits de soins personnels, dont les produits cosmétiques comme le parfum, les produits capillaires, les savons et les écrans solaires et il a été prouvé et démontrer qu’ils interfèrent avec le système endocrinien du corps, dans les études animales.
« C’est parce que les femmes sont les principaux consommateurs de nombreux produits de soins personnels, qu’elles peuvent être exposés de manière disproportionnée à ces produits chimiques », a déclaré l’auteur principal de l’étude, Kim Harley, directrice adjointe du Centre de Recherche Environnementale et de Santé des Enfants de l’UC Berkeley. « Les filles adolescentes peuvent être particulièrement à risque car l’adolescence est une période de développement reproductif rapide, et les études suggèrent qu’elles utilisent plus de produits de soins personnels par jour que la moyenne des femmes adultes ».
L’analyse d’échantillons d’urine, prélevés aux participantes d’un essai fait avant et trois jours après l’utilisation des produits chimiques moindres, a révélé des baisses significatives des niveaux de ces produits chimiques dans le corps. Les métabolites du phtalate de diéthyle, couramment utilisés dans les parfums, ont diminué de 27% à la fin de la période d’essai. Le méthyl et le propylparabène, utilisés comme conservateurs dans les cosmétiques, ont chuté de 44% et 45%, respectivement. Le triclosan, trouvé dans les savons antibactériens et certaines marques de dentifrice, et la benzophénone-3 (BP-3), trouvé dans certains écrans solaires sous le nom oxybenzone, a chuté de 36%.
Étonnamment, une petite augmentation des concentrations dans deux parabens moins communs, a été signalé. Ces niveaux étaient faibles et pouvaient être causés par une contamination accidentelle ou une substitution non mentionnée sur les étiquettes, ont indiqué les auteurs de l’étude.

Réaction et analyses des résultats

Kimberly Parra, co-directrice de l’étude, a déclaré qu’il était important d’impliquer les jeunes locaux dans la conception et la mise en place de l’étude.
« Les résultats de l’étude sont particulièrement intéressants sur le plan scientifique, mais le fait que les élèves du secondaire aient dirigé l’étude, a établi un nouveau chemin pour engager les jeunes à apprendre sur la science et sur comment elle peut être utilisée pour améliorer la santé de leurs communautés » dit-elle. « Après avoir appris les résultats, les jeunes ont pris sur eux-mêmes pour éduquer les amis et les membres de la communauté, jusqu’à présenter leur cause aux législatures à Sacramento.
Le Conseil des jeunes CHAMACOS comprenait 12 élèves de secondaire qui ont participé à la conception et à la réalisation de l’étude. Maritza Cárdenas, une chercheuse adolescente, native de Salinas et co-auteur d’étude, est maintenant une étudiante de premier cycle de Berkeley d’UC se spécialisant dans la biologie moléculaire et cellulaire.
«L’un des objectifs de notre étude était de sensibiliser les participants aux produits chimiques présents dans les produits de tous les jours, afin de sensibiliser les gens à ce qu’ils utilisent», a déclaré Cárdenas. « Voir la baisse des niveaux chimiques après seulement trois jours montre que des actions simples peuvent être prises, comme le choix de produits avec moins de produits chimiques »
Les chercheurs ont noté que les cosmétiques et les produits de soin personnel ne sont pas bien réglementés dans ce pays, et qu’il est difficile d’obtenir des données sur les effets sur la santé de l’exposition, en particulier à long terme. Mais ils disent qu’il y a de plus en plus de preuves qui relient les produits chimiques aux problèmes neurocomportementaux, à l’obésité et à la croissance des cellules cancéreuses.
«Nous en savons assez pour nous inquiéter de l’exposition des jeunes filles à ces produits chimiques. Parfois, il vaut la peine d’avoir un approche préventive, surtout si cela s’effectue avec des changements faciles que les gens peuvent faire dans les produits qu’ils achètent », a déclaré Harley.
Cárdenas a déclaré que les résultats de la recherche ont déjà influencé les produits qu’elle achète pour elle-même.
« Personnellement, depuis l’étude, j’ai essayé d’utiliser plus de produits biologiques«  a t-elle dit. «C’est difficile, surtout en tant qu’étudiant de collège qui n’a donc pas beaucoup d’argent. Mais j’ai décidé d’acheter plus des produits avec moins de produits chimiques, en raison des effets à long terme. Si vous ne pouvez pas faire le meilleur choix quand vous achetez à cause du coût, vous pouvez au moins essayer de limiter l’utilisation des produits que vous achetez« .
Cette étude à été financé en partie par le Programme de Recherche sur le Cancer du Sein de l’Université de Californie. Les analyses chimiques ont été effectuées par le biais de Biomonitoring California, un programme du Département de Santé Publique de l’état de Californie qui monitor les niveaux de produits chimiques dans les résidents de la Californie.

 

Source: http://news.berkeley.edu/2016/03/07/cosmetics-chemicals/
Les adolescentes voient leur taux d’exposition aux substances chimiques baisser en changeant de cosmétiques
4.8 (96%) 5 votes

1 Comment

  • Sabine
    13 mai 2017 at 23:39

    Très intéressant !

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.