BDIH  



C'est en Allemagne, pays précurseur en la matière, qu'est né en 1996 le groupe « cosmétiques naturels » du BDIH (fédération de marques pharmaceutiques et d'industries œuvrant dans le domaine de la santé, de la diététique et des produits d'hygiène). Un cahier des charges concernant la production de produits de beauté naturels est alors élaboré. Sur cette base, un organisme indépendant veille à examiner la composition des produits à certifier, et leurs méthodes de production.

 

Descriptif des principales garanties:



Cosmétiques formulés à partir de matières premières naturelles, issues du règne végétal ou minéral. Priorité aux végétaux de culture BIO - Bases lavantes et émulsifiants d'origine végétale, obtenues par des techniques “douces” (hydrolyse, estérification) - Tests sur des personnes volontaires ou des cultures de cellules. - Utilisation très restreinte de quelques conservateurs doux (acide benzoïque, acide sorbique).  

 

 

Les interdits:   

  • Les produits de la pétrochimie -
  • Les colorants ou parfums de synthèse -
  • Les bases lavantes ou émulsifiants éthoxiliés -
  • L'irradiation -
  • Les matières premières génétiquement modifiées (OGM) -
  • Les matières premières d'origine animale, sauf issus de l'animal vivant (ex: lanoline) -
  • Le blanc de baleine ou collagène animale -
  • Les tests sur les animaux que ce soit lors de la conception, de la fabrication du produit ou du contrôle du produit fini.

 

La liste positive:

L'ossature du cahier des charges BDIH est la “liste positive” d'ingrédients autorisés. Cette liste contient 690 composants sur les 20 000 répertoriés. Un seul ingrédient non autorisé exclut la certification du produit entier.

 

  

Contrôle et label:

Le contrôle est effectué une fois par an. Le certificat de conformité est donné produit par produit (pas de certification de marque). Il est valable 15 mois.

bdih